Deuxième entretien d’embauche

Bonne chance ! Votre entretien téléphonique ou votre premier entretien s’étant bien passé, vous voilà invité(e) à passer un deuxième entretien. Vous vous rapprochez un peu plus de votre nouvel emploi. L’enjeu d’un tel entretien est donc encore plus élevé. Qu’attend-on de vous ? Comment aborder ce rendez-vous ? Et comment vous y préparer ?

Votre deuxième entretien sera beaucoup plus approfondi que lors de votre premier passage. Les questions seront par conséquent beaucoup plus spécifiques et fortement axées sur votre expérience et vos compétences. La plupart du temps, des cas pratiques sont abordés. On peut alors vous demander de décrire une situation dans laquelle vous avez utilisé la compétence en question.

Ces informations leur permettent d’analyser un certain nombre de modèles comportementaux, mais aussi de voir si vous connaissez bien vos capacités. C’est également un bon baromètre pour tester votre professionnalisme. Si vous êtes incapable de répondre à ce genre de questions, vous perdrez en effet en crédibilité et donnerez l’impression de ne pas être préparé(e).

À quoi sert le deuxième entretien ?

Qualités et compétences

Ce sujet a probablement déjà été abordé en partie lors du premier entretien. Le deuxième entretien s’intéresse cependant davantage à vos qualités personnelles et à leur adéquation avec la fonction et l’entreprise. Il se peut également que vous soyez soumis(e) à différents tests afin de démontrer certaines compétences.

The perfect fit

L’entreprise souhaite aussi savoir si vous lui correspondez et dans quelle mesure. Les compétences s’acquièrent, mais pas une mentalité. Ils veulent donc vous voir dans le contexte de leur entreprise.

À quoi pouvez-vous vous attendre ?

Une visite guidée

Il est bien possible que l’on vous fasse visiter l’entreprise. Cela leur donne également la possibilité d’observer vos réactions, y compris face à vos éventuels futurs collègues. Tout dépend du type d’entreprise dans laquelle vous postulez. Si la visite n’est pas prévue, n’hésitez pas à en demander une. Tenez cependant compte du fait que le temps du collaborateur RH est limité. Essayez donc d’évaluer si cela sera possible : si vous savez que deux autres candidats attendent, mieux vaut ne pas demander une visite.

Des tests

Pour les fonctions de bureau, tout dépend des tâches qui vous seront confiées. S’il s’agit d’un poste axé sur la communication, vos compétences linguistiques seront peut-être évaluées. Pour une fonction commerciale, vous devrez démontrer ces compétences dans un entretien de vente. Quant aux métiers techniques, vos compétences techniques seront vérifiées soit par écrit soit de manière pratique. Parfois, on vous demandera également de répondre à des tests de personnalité. Vous pouvez éventuellement demander au préalable si des tests auxquels vous pouvez vous préparer sont prévus.

Des entretiens avec des collaborateurs opérationnels

Vous passerez la majeure partie de l’entretien à discuter avec le recruteur. Souvent, une personne qui connaît bien la fonction dans la pratique intervient aussi. C’est très fréquent pour des postes nécessitant des connaissances spécifiques dont le collaborateur RH n’est pas au courant. Ils utilisent également ce genre d’entretiens pour voir comment vous réagissez face à des collègues potentiels et évaluent ainsi votre aptitude à vous intégrer au sein de l’équipe.

Un aperçu des conditions

Bien souvent, vos attentes relatives au salaire et aux avantages extralégaux sont aussi abordées. Ne soyez pas trop précis(e) dans un premier temps. Mieux vaut demander quel est le salaire habituel pour quelqu’un de votre expérience. Vous pouvez éventuellement fournir un cadre en indiquant ce que vous gagnez actuellement si vous travaillez déjà. N’oubliez pas de vérifier les salaires moyens dans le secteur. Cela n’a pas beaucoup de sens de demander 3 000 € brut si la moyenne se situe autour de 2 000 €.

Comment vous préparer ?

La préparation n’est pas très différente de celle pour un premier entretien. Lors du deuxième entretien, il est toutefois deux fois plus important de ne pas faire d’erreurs.

Sachez où et pour quoi vous postulez

Si tout va bien, vous devriez normalement déjà en savoir beaucoup sur l’entreprise. Pour votre premier entretien, vous avez consulté le site web et éventuellement lu des articles à propos de l’entreprise. Vous avez peut-être aussi pu récolter des informations précieuses lors de votre première entrevue. Plus vous en apprendrez lors de votre première rencontre, plus vous serez armé(e). N’hésitez donc pas à poser des questions sur l’entreprise, sur le département dans lequel vous évoluerez et sur la fonction que vous pourriez occuper.

Revivez votre premier entretien

Essayez d’évaluer votre premier entretien de manière critique. Avez-vous eu des difficultés avec certaines questions ? Essayez dans ce cas de les préparer encore mieux. Sur quoi le recruteur a-t-il mis l’accent ? Pouvez-vous généraliser à partir de là ? L’important est d’oublier votre ressenti et d’examiner votre performance avec une certaine distance. Découvrez ce qui a moins bien été et là où vous avez marqué des points lors de l’entretien.

Avez-vous encore des questions ?

Nous insistons, mais les questions que vous posez sont très importantes pour vos chances de réussite. Veillez à dresser une autre liste de questions que pour le premier entretien (ne reprenez en tout cas que celles pour lesquelles vous n’avez pas encore de réponse). Posez des questions spécifiques axées sur les tâches quotidiennes dans le cadre du poste auquel vous postulez. N’hésitez pas non plus à demander comment les performances sont évaluées et quels sont les objectifs pour les six premiers mois.

Nous répondons à vos questions

Il est bien entendu important que vous prépariez les questions éventuelles du recruteur. Vous trouverez en ligne de nombreuses listes reprenant les questions les plus fréquemment posées lors des entretiens d’embauche. Nous en avons également sélectionné quelques-unes pour vous. Prenez le temps d’y réfléchir tranquillement. Cela vous permettra de vous habituer au type de questions pouvant être posées. Même si vous vous retrouvez face à une question que vous n’avez pas préparée, vous pourrez y réagir plus facilement. Vous aborderez par conséquent l’entretien de manière plus sereine, avec une meilleure performance à la clé.

 

Share
Dit bericht is geplaatst in Uncategorized. Bookmark de permalink.