« Bienvenue, asseyez-vous. Souhaitez-vous quelque chose à boire ? » Votre cœur bat la chamade et vous croisez les doigts pour que votre voix ne tremble pas lorsque votre futur employeur – du moins, vous l’espérez – ou un membre du service RH prendra place en face de vous. La préparation fait tout. Voilà pourquoi cet article de notre blog vous présente les questions les plus fréquemment posées lors d’un entretien d’embauche, avec quelques conseils pour y répondre intelligemment. Bye bye les sueurs froides !

Lors d’un entretien d’embauche, le feu des questions peut s’avérer accablant. Mais si vous démarrez avec une bonne préparation, vous mettez toutes les chances de votre côté. Vous trouverez ci-dessous quelques questions importantes que les employeurs posent généralement lors d’un entretien d’embauche. La seule chose à faire pour votre prochain entretien, c’est parcourir notre liste et donner une réponse adaptée à chaque question. Easy!

1. Questions liées au poste

Nous allons commencer par les questions liées au poste que vous convoitez tant.

– Décrivez l’emploi pour lequel vous postulez.

Une question parfaite pour permettre à votre employeur de vérifier si vous êtes bien informé. Lisez attentivement la description du poste avant d’y répondre. Ne jouez pas les perroquets, mais décrivez le poste avec vos propres mots.

– Qu’est-ce qui vous plaît dans ce poste ?

Donnez au moins trois arguments. Ces arguments seront une combinaison de la question précédente – la description du poste – et de ce que vous savez déjà sur l’entreprise. « J’ai très envie de suivre vos projets de construction innovants partout dans la province en tant que chef de chantier. L’esprit d’équipe que votre entreprise dégage me donne envie d’embarquer directement. » Trois arguments d’un seul coup : innovation, emplacements variés et bonne ambiance au sein du groupe.

– Qu’est-ce qui vous différencie des autres candidats?

Ne soyez pas trop modeste, mais ne vous inventez pas des qualités. Les recruteurs professionnels sont à l’affût des « salades » et vous poseront des questions complémentaires. Dans votre réponse, associez vos qualités à la description du poste.

– Pourquoi entrez-vous en ligne de compte pour ce poste ?

Cette question ressemble à la précédente mais en y répondant, vous pouvez surtout mettre votre expérience en évidence. Expliquez ce que vous avez appris via vos emplois précédents, mais aussi dans le cadre de votre formation et de vos loisirs. Pas encore d’expérience professionnelle ? Alors insistez surtout sur les compétences que vous avez perfectionnées lors de votre stage ou de vos études.

– Pourquoi voulez-vous ce poste et pas un autre ?

Choisissez les éléments qui vous plaisent le plus dans la description du poste. Expliquez en quoi vos compétences y sont adaptées. Envie de marquer des points pour cette question ? Lors de l’entretien d’embauche, indiquez aussi que vous appréciez vraiment l’entreprise dans son ensemble.

– Quel est le salaire adéquat pour ce poste ?

Vous voulez gagner votre vie correctement, c’est logique. Toute peine mérite salaire. Mais informez-vous à l’avance sur le salaire usuel pour ce travail et votre expérience. La mention d’un chiffre trop élevé fera froncer les sourcils de l’intervieweur. Et si vous demandez trop peu, il doutera de vos qualités.

– Qu’est-ce qui vous plaît moins dans ce poste ?

Alarme. Nous sommes arrivés à l’une des questions pièges posées lors d’un entretien d’embauche. Dans tout travail, il y a bien une tâche que vous préféreriez laisser à d’autres. Assurez-vous surtout que votre réponse n’inclue pas une tâche essentielle. « Travailler à l’extérieur » semblera très bizarre pour un ouvrier du bâtiment, tout comme « suivre l’administration » sera une mauvaise réponse pour un réceptionniste.

– Êtes-vous disposé à prester des heures supplémentaires ?

N’hésitez pas à répondre honnêtement à cette question. Il est important de donner immédiatement la bonne impression. Demandez si cela arrive souvent et combien il y a généralement d’heures supplémentaires. Si vous préférez ne pas vous engager sur ce terrain-là, vous pouvez toujours donner une bonne impression en expliquant qu’ils pourront évidemment compter sur vous en cas d’urgence. N’oubliez pas de vous informer sur les conditions de rémunération.

– De combien de temps pensez-vous avoir besoin pour vous intégrer ?

Expliquez que vous pouvez certainement assumer tout de suite plusieurs tâches. Apprendre sur le tas ! Et que vous n’avez pas peur de demander de l’aide à vos futurs collègues. Ils ne vont pas vous mordre. Du moins, nous l’espérons.

– Avez-vous encore des questions sur le contenu du poste ?

« Euh… » Voilà déjà une mauvaise réponse. Évidemment que vous avez des questions ! Ou vous devriez au moins pouvoir en imaginer quelques-unes. Dressez une liste de quelques questions possibles avant votre entretien d’embauche. « Avec quels outils de planification travaillez-vous ? » ou « Travaillez-vous surtout en atelier ou aussi en déplacement ? ».

– Quand pouvez-vous commencer chez nous ?

Donnez une réponse sincère. Comme vous venez de quitter l’école, votre boîte à tartines est directement prête, mais peut-être devez-vous d’abord achever votre préavis chez votre employeur actuel.

2. Questions relatives à la personnalité

Let’s get personal. Un point important dans ce contexte : vous pouvez poser des limites. Il y a une grande différence entre les questions « Parlez-nous un peu de vous » et « Qu’en est-il de votre santé ? ». Avant de répondre à une question du second type, vous pouvez vous informer sur sa pertinence pour le poste.

– Que pouvez-vous nous dire à votre sujet ?

C’est généralement l’une des premières questions. Qui êtes-vous ? Que faites-vous ? Et, surtout, pourquoi ? Laissez donc parler le Paul Jambers qui est en vous. Cette question, vous pouvez parfaitement la préparer. Votre CV est la base idéale pour ce faire.

– Décrivez votre job de rêve en quelques mots.

Bingo. Encore une question piège. Ne jouez pas les frotte-manches. La description de l’emploi pour lequel vous postulez n’est donc pas la bonne réponse. Mais ne décrivez pas non plus un poste existant dans une autre entreprise. Mentionnez des éléments que vous trouvez importants et dont quelques-uns figurent dans ce poste.

– Où vous voyez-vous dans cinq ans ?

Cette question permet au recruteur d’en savoir plus sur vos ambitions. Avez-vous vraiment réfléchi à votre carrière ? Vous n’êtes pas obligé de dire que vous comptez encore travailler pour cette entreprise dans cinq ans. Mais soulignez bien que ce poste est important dans votre plan de carrière et pas comme simple étape ou petit « plus » dans votre CV. Vous pouvez vous développer au sein de l’entreprise ? Alors expliquez que vous aimeriez beaucoup le faire.

– Quel a été le plus gros échec dans votre ancien travail ?

Personne n’est parfait. Le tout est d’apprendre de ses erreurs. Un fiasco peut engendrer une anecdote amusante, mais expliquez surtout au recruteur ce que vous avez appris de cette erreur. Non content de pouvoir ressortir votre histoire amusante lors de la prochaine fête de Noël, il saura aussi comment vous gérez les erreurs.

– Pourquoi avez-vous quitté votre ancien travail ?

Soyez honnête mais n’entrez pas dans les détails. Une dégradation de l’ambiance ? Expliquez que vous estimez la collégialité importante et que vous êtes donc parti à la recherche d’un autre défi. Contenu du poste ennuyeux ? Expliquez que vous aviez atteint votre plafond et que vous souhaitez déployer vos qualités ailleurs.

– Quels sont vos points forts ?

Examinez l’offre d’emploi ou la description du poste et repérez-y quelques-unes de vos qualités correspondantes. Donnez également un exemple issu de votre ancien travail pour chaque compétence. « Je suis très flexible. Chez mon ancien employeur, je ne savais que le matin sur quel chantier j’étais attendu. » Ou « J’apprends très vite. Dans mon ancien travail, j’ai régulièrement suivi des formations pour rester à jour avec les nouveaux outils informatiques et pouvoir les utiliser directement chez les clients. »

Pas d’expérience professionnelle ? Dans ce cas, associez vos qualités à votre hobby ou à votre job de vacances. Vous pourrez ainsi démontrer vos compétences organisationnelles en tant que responsable des camps d’été chez les scouts.

– Quels sont vos points faibles ?

Question délicate ! Il faut l’aborder avec intelligence. Comment ? Mentionnez un défaut qui constitue, en fait, un plus pour le job. « Je suis parfois un peu impatient, mais je fais donc tout pour mener rapidement les projets. » Montrez aussi que vous êtes conscient de ces points faibles et que vous faites de votre mieux pour y remédier.

– N’êtes-vous pas trop jeune/vieux pour ce poste ?

Trop jeune ? Bien sûr que non, vous êtes très flexible et dynamique. Vous n’êtes en outre pas enraciné dans votre propre rythme. Trop vieux ? Certainement pas ! Vous apportez une montagne de maturité et d’expérience professionnelle avec vous. Les membres plus jeunes de l’équipe en apprendront beaucoup en votre compagnie. On peut construire en s’appuyant sur vous.

– Pourquoi avez-vous pris un certain temps avant de rechercher un nouvel emploi ?

Vous êtes resté à la maison pour vous occuper de votre famille ou d’un parent ? Vous ne pouviez plus supporter la pression de votre ancien emploi et vous aviez besoin de souffler un peu ? À moins que vous n’ayez finalement entrepris ce voyage dont vous rêviez ? Soyez honnête mais tournez les choses de façon positive. « Je suis très dévoué, et je voulais donc me charger des soins pour mon père malade. Maintenant qu’il s’en est sorti, je peux me concentrer sur ce défi. »

– Postulez-vous beaucoup ?

« Non, j’ai attendu l’adéquation parfaite » ou « Oui, j’ai déjà eu trois entretiens d’embauche pour des postes correspondant parfaitement à mon profil ». Formulez votre réponse d’une manière qui ne donne pas au recruteur l’impression que vous postulez à la chaîne.

– Êtes-vous en bonne santé ?

Passez ! Vous n’êtes pas obligé de répondre à cette question. Demandez au recruteur pourquoi cette question est importante. Si vous avez des problèmes au dos, un travail où vous devez lever et traîner des charges toute la journée n’est pas vraiment une idée intelligente.

– Que pensent les autres de vous ?

Parcourez encore une fois vos qualités et vos défauts. Transposez-les dans des situations avec vos collègues et amis.

– Comment gérez-vous le stress ?

Peur d’une échéance ? Et puis quoi encore ?! Dites que vous pouvez travailler sous pression. Un exemple donnera un cachet supplémentaire à votre réponse.

– Préférez-vous travailler seul ou en équipe ?

Ici, il est important d’aligner votre réponse sur la description du poste. Vous êtes surtout un individualiste ? Dans ce cas « Je préfère travailler seul » n’est pas une bonne réponse lors d’un entretien d’embauche pour un travail d’équipe. Peut-être devriez-vous reconsidérer votre adéquation avec cet emploi.

– Avec quel type de personne vous entendez-vous le mieux ?

Une réponse à cette question en dit long à votre sujet. Vous appréciez les personnes qui respectent leurs engagements ? Dans ce cas, vous serez également une personne ponctuelle.

– Et projetez-vous d’agrandir la famille ?

Ressortez votre joker ! Vous n’êtes pas obligé de répondre à cette question. Cela ne peut pas être un facteur décisif pour les employeurs.

3. Questions relatives à l’entreprise et aux valeurs

Il est important de bien vous informer sur l’entreprise au préalable. Se planter durant un entretien d’embauche est très douloureux. Et gênant.

– Que savez-vous sur notre entreprise ?

Parlez d’une étude de cas intéressante que vous avez vue sur leur site Web. Ou peut-être avez-vous lu quelque chose sur un projet dans le journal ? Vous montrez ainsi que vous avez fait vos devoirs.

– Quelles valeurs de notre culture d’entreprise trouvez-vous personnellement importantes ?

Étudiez un peu la section « À propos de nous » ou « Notre vision » du site Web de l’entreprise. Vous découvrirez ainsi leurs valeurs principales. Une de vos qualités s’inscrit parfaitement dans cette optique ? Génial. Où pouvez-vous signer ?

– Que recherchez-vous chez un employeur ?

Ici aussi, tâchez de trouver un équilibre entre des éléments propres à l’entreprise et quelques ajouts personnels. Cette entreprise propose des formations complémentaires pour les travailleurs ? Dites que vous trouvez important de pouvoir continuer à apprendre. Bingo !

4. Comment aborder un test pendant votre entretien d’embauche ? Quelques conseils !

La salve de questions est terminée. Selon le travail pour lequel vous postulez, vous allez à présent devoir effectuer un test. Alors walk the talk. Qu’il s’agisse d’un test écrit ou d’une évaluation, nous allons vous donner quelques conseils pour tirer votre épingle du jeu.

– Prenez votre temps. Réfléchissez calmement à l’approche que vous allez adopter. Rien ne sert de courir : cela n’améliorera certainement pas le résultat.

– Lisez bien les instructions. Ce serait vraiment dommage d’oublier un élément important.

– Souvent, l’employeur estime plus important de voir comment vous travaillez que de lire rapidement un résultat – qui sera donc incorrect. Qui sait… peut-être ne réaliserez-vous qu’un demi-test mais votre « demi-travail » sera-t-il bien meilleur que le « travail rapide » d’un autre candidat.

Maintenant, vous êtes bien préparé pour cartonner à votre prochain entretien d’embauche. Envie d’un coup de pouce supplémentaire dans votre recherche d’un nouveau défi ? Les coachs de Vivaldis sont là pour vous.

 

 

Vivaldis

Vivaldis

Appelez-nous un bureau d’intérim, une agence d’intérim ou des chercheurs d’emploi, mais avec de véritables personnes… car telle est notre véritable nature. Et dans le meilleur des cas, nous construisons ensemble des affinités très précieuses. Parce que Vivaldis s’engage uniquement pour le meilleur. Pour vous offrir un emploi ou un collègue qui vous va à 100%. Un petit coup de pouce qui vous donne un désir indescriptible d’en faire quelque chose. Car tout comme la vie, un emploi est ce que vous en faites.
Vivaldis